Le Prédateur et la Proie

L’Humanité navigue entre plusieurs courants. Les deux principaux : celui de la Proie (en bas de l’échelle) et du Prédateur (en haut de l’échelle). Et entre les deux, il existe une palette innombrable d’individus qui compose cette dite Humanité. L’équilibre se situe à la frontière des deux courants: c’est ce que l’on attend de l’Humanité. Ni vraiment l’Un, ni vraiment l’Autre, mais une composante Engagée et Volontaire dans le Respect du Tout qui unifient le Tout.

Les Prédateurs sont des déséquilibrés assoiffés de sang et de pognon à arracher les yeux d’autrui pour un mauvais regard.

Les Proies sont les impuissants face à ce système mis en place par les Prédateurs. Les impuissants n’ont aucun droit d’Humanité au regard des Prédateurs. Les Proies sont plus durement soumises à la terrible loi de la Jungle-Société.

Entre les deux, il existe bien sûr une multitude de visages humains: des bons et des moins bons. Mais ceux que je retiendrai, ce sont les humains engagés et suffisamment forts pour déséquilibrer le système du Prédateur. Ces quelques humains de l’entre-deux sont les porteurs d’un espoir pour l’Humanité. Ils ne cherchent ni fortune ni pouvoir ni gloire glacée. Ils ont le potentiel pour soulever des montagnes sans violences. Ce ne sont pas des Proies mais des justes qui oeuvrent pour la bonne cause, celle de tout être animal ou végétal ou celle de notre Planète. Leur force est de tenir tête aux Prédateurs et de porter la voix des plus démunis.

Les Proies et les Prédateurs sont deux grands courants qui composent les extrêmes. Mais n’oublions pas que l’Humanité est gorgée d’une multitude de visages composés ou décomposés, conditionnés ou déconditionnés par l’influence des deux courants majeurs. Le Prédateur utilisera tous les artifices pour attirer dans sa tanière les quelques humains décomposés par la vie ou conditionnés par le consumérisme, le pouvoir, l’argent, la possession, l’Ego et j’en passe. On peut très vite passé d’un courant majeur à l’autre. Nul n’est à l’abri d’une petite faiblesse…

Après, chacun voit midi à sa porte. Ce qui est écrit dans ce court texte peut très bien être perçu différemment par une personne lambda. Cela reste subjectif bien entendu. Et avec le temps, je peux très bien changer mon fusil d’épaule et revoir le concept de A à Z. Rien n’est figé dans le temps… Il s’agit d’une piste de réflexion comme je les aime au regard de cette Humanité à plusieurs vitesses…

 

Emorizo, alias F. Ménez

Copyright © Tous Droits Réservés, F. Ménez-2017

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s