Le gaspillage capitaliste

Un sujet ô combien vaste et intéressant. Toute fois, je tiens à préciser que je ne fais qu’effleurer le sujet avec un regard personnel. Je ne m’étalerai pas sur les moindres détails. Il s’agit d’une approche non exhaustive.

Je parle bien entendu du gaspillage qui nous pousse dans une course folle de la surconsommation. Et non de ce que l’on fait des déchets après l’usage des différents produits de consommation. A savoir:

  • le recyclage des matières premières (papier, verre, métaux ferreux et non ferreux, or, etc);
  • le tri des ordures selon un schéma bien défini;
  • le compostage;
  • le passage à l’incinérateur;
  • une seconde vie pour les objets d’occasion;
  • Etc.

Certes, des solutions existent pour se débarrasser de ses ordures ménagères ou autres. Cela n’empêche pas de cumuler les produits à ne plus savoir quoi en faire. Ou pour le plaisir de consommer tout simplement. Qui ne rêve pas du dernier truc à la mode… si éphémère.

On crée beaucoup de produits. Cela oui ! Vive l’élan de créativité que cela entraîne sur le sillage du consumérisme. Les modes et les goûts sont-ils trop médiatisés… ? A méditer…

Les solutions pour traiter les déchets ne sont pas LA solution pour contrer le consumérisme grandissant…

Il s’agit d’un constat que beaucoup dénonce à coup de pétitions et de manifestations… Le débat n’est pas nouveau et est loin d’être clos.

En général… le gaspillage est la course effrénée au consumérisme inavoué. Produire plus pour gagner plus. Produire plus pour satisfaire la demande grandissante des consommateurs. Voire maquiller une production non souhaitée en une demande obligatoire ou presque !

On se sent bête de ne pas consommer… un cadeau ! Qu’est ce qu’un cadeau ? Un cadeau conduit souvent soit à se débarrasser du produit déclassé soit le cumuler dans nos caves ou greniers (enfin quelque part où on ne mettra pas de sitôt les pieds). Aux oubliettes, quoi !

Le gaspillage se situe à plusieurs niveaux sur différents champs stratégiques :

  • l’alimentation;
  • les ressources minières et pétrolières;
  • les produits de consommation en général;
  • le piège des nouvelles technologies : NTIC entre autres;
  • la mode;
  • etc.

Pour ne citer qu’eux. Il y en a bien d’autres.

Prenons à présent l’exemple populaire de l’alimentation: l’ingrédient nécessaire à notre survie à tous. Celui qui alimente les tentations et les abus.

Je suis horrifié quand je pense le monde. C’est fou! Certains pays ont les ressources nécessaires pour nourrir toute une population. Mais à cause du capitalisme-ogre, on s’oriente vers les pays où les produits sont les moins chers et la main d’œuvre rentable. Alors certains producteurs mettent à la poubelle de la nourriture ou autres produits de première nécessité. Sachant que certains pays pauvres voire en voie de développement n’ont que des miettes à se mettre sous la dent. Les puissants de ce monde dévalorisent la richesse des pays producteurs et les dévalisent de non droit.

Je pense à la nourriture car c’est primordial pour notre survie à tous. Je ne m’étendrai pas sur ce que tout le monde sait:

  • le gaspillage des grandes surfaces;
  • la production de certains produits à très grande échelle sans se soucier le moindre du monde de la conscience des animaux;
  • la dévastation des niches écologiques en général;
  • la surexploitation des ressources de la Terre;
  • etc.

Moi, je dis vive le capitalisme. Vive ce désert d’oasis. Vive la liberté de toujours produire plus et du coup gaspiller plus! Qu’on déstabilise le monde; qu’on gaspille toujours plus les richesses du monde; qu’on ne nourrisse que les bons riches aux pleins pouvoirs… Seuls cela importe aux yeux du capitalisme-ogre.

J’ai honte d’être dans un pays riche mais heureux de manger à ma faim. Et encore, vu les inégalités sociales… tout n’est pas si rose!

Vive le capitalisme! Vive le rendement! Vive les patates!

A quel prix ?

  • le gaspillage;
  • le consumérisme;
  • les mains d’œuvre exploitées;
  • les riches qui s’en foutent pleins les poches sur le dos des pauvres
  • etc.

Prenons un exemple : les producteurs laitiers, de porc, etc.

Solution suggérée: pourquoi ne pas faire des dons ou des redistributions intelligentes? Je sais qu’à une certaine échelle, cela se fait (banque alimentaire, association comme Secours Populaire, etc).

En fait, ce que j’imagine aux vues des actualités, c’est de faire dons du surplus aux pays qui en ont besoin. Donc plutôt que de gaspiller bêtement la nourriture et autres produits destinés à la poubelle, pourquoi ne pas proposer d’en faire don aux pays demandeurs (les pauvres, ceux dont les richesses sont nulles) et aux familles en détresse?

Par exemple, quand je vois les difficultés rencontrées dans le milieu agricole pour subvenir aux besoins des producteurs, cela fait peur. Ils produisent trop et n’ont pas le choix pour pouvoir rentabiliser. Je prends l’exemple des produits laitiers. Les produits laitiers sont vendus à perte aux gros acheteurs comme le groupe laitier français leader du marché. Pourquoi ne pas imaginer que ce dernier achète le surplus de lait aux producteurs pour ensuite en faire don aux pays pauvres? Après tout, le leader du marché est fautif du système mis en place: produire plus pour pas grand chose. Au risque d’acheter du lait ailleurs. Si, le leader mondial payait convenablement les producteurs, peut-être que ceux-ci ne produiraient pas autant pour subvenir à leur besoin. Plutôt que de produire à perte…

Si les gros n’en ont rien à foutre des petits exploitants amoureux de leur métier, je trouve cela dommageable pour ces vaches à qui on demande de produire plus… Ces exploitants font du surplus à ne plus savoir quoi en faire.

Ce serait bien que les puissants achètent les produits condamnés à être mis à la poubelle par les petits exploitants dans la limite d’un certain quota pour éviter les abus. Ce surplus serait ensuite redistribué aux pays pauvres…

Dans cette histoire, c’est le serpent qui se mord la queue. Produire plus pour gagner plus ou survivre aux conditions déplorables de l’agriculture française.

Emorizo, alias F. Ménez

Copyright© Tous Droits Réservés, F. Ménez-2016

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s