Le vacarme vagabond

Les jours sans chaîne s’enchaînent et déchaînent les passions

Les détours sans frein enfreignent et freinent la cohésion

Les vautours sans nuage s’imagent et tapages en unisson

 

Plus vieux, je nais mieux de mes rires un son mis: insomnie passagère

Plus creux, je m’essuie de mes désirs insoumis par la violence des cris de torpeur

 

Je gèle ma conscience d’être, amoureux éternel dans la vie du cratère profond de la dérive sans Terre

 

Fâche les collines d’un rideau de charbon ardent

Fâche les horizons dans cette colonne d’arbres meurtris

Fâche les nuages orageux dans la cour d’un ciel ténébreux

 

Fâche ces voisins un peu cons!

Même très in(cons)cient du vacarme vagabond

 

Emorizo, alias F. Ménez

 

PS: désolé, fallait que ça sorte! L’inspiration étant celle du moment. On ne choisit pas toujours de bons mots. La nuisance sonore due au voisinage étant une source de désagréments…

Copyright © Tous Droits Réservés, F. Ménez-2017

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s