Les médias

On a tendance à penser le monde que par ce que l’on voit ou entend dans les médias. Les médias ne sont pas la vérité, ils sont une vitrine publicitaire de ce que l’on veut bien nous montrer. Il est difficile d’avoir un avis certain sur ce qui est divulgué. L’information est riche en pauvres informations. Chacun voit le monde avec ses propres sens et sentiments. Chacun voit son propre ciel. Quand vous regardez un nuage dans le ciel, il peut jaillir des images dues à notre propre vécu. L’information m’est propre à partir de mon vécu et arbitraire selon les cas.

On ne veut voir que ce qu’il y a à montrer. Tout ce qui se voit nous échappe. Les médias nous rendent aveugles par pur bourrage de crâne ciblé. On ne voit que ce qui nous est donné de voir. Tout comme on n’entend que ce qui nous est donné d’écouter. Nous ne savons plus laisser place à notre propre jugement car l’information reste la seule fiabilité, la connaissance d’une connaissance à l’imagination collective et universelle : internet par exemple. Tout se sait mais rien ne se sait vraiment. Car la réalité qu’on nous laisse observer est tronquée. C’est juste une collection d’ineptie bien pondue pour faire croire qu’on touche à la connaissance. Connaître, ce n’est pas juste prendre, c’est aussi avoir le sens critique et être observateur.

On n’observe plus le monde, on ne le cherche plus. On le cueille sur des milliards et des milliards de téraoctets sans connaissance de cause. On se contente de prendre sans prendre la peine de réfléchir avec raison et discernement. On s’écoute de moins en moins. On croit apprendre et connaître. Seulement voilà, ce n’est qu’une illusion. Nous ne sommes que des machines qui avalent des kilomètres d’informations, qui collectent des données sans connaître le sens exact des choses en suspend.

On consomme l’information comme une drogue publicitaire. On ne sait plus faire la part des choses. Où va la vraie culture ? Non celle qu’on donne aux mouettes… Mais celle qui nous aide à mieux comprendre le monde intemporel. Autant naître avec une prise de téléchargement et une clé USB. Des machines qui consomment l’information en continue sans se soucier de ce qu’elles consomment en réalité. Nous produisons l’information comme de grandes affiches publicitaires. Les nouvelles technologies de l’information sont l’apanage des nouveaux sages de ce siècle.

L’information est contrôlée et non certifiée conforme à tous les coups. On consomme l’information sans retenue et intelligence. Commençons déjà par regarder sur quoi nous marchons !

Ce ne sont juste que des pensées brèves sur ce que je pense des multimédias. J’ai écrit ce qui me venait à l’esprit sans me soucier de l’ordre et de la structure de mes arguments. J’écris comme je pense.

Emorizo, alias F. Ménez

Copyright© Tous Droits Réservés, F. Ménez-2016

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s