Une rencontre qui tourne au vinaigre

Je vous laisse découvrir une saynète créée à l’occasion d’un atelier écriture. J’ai envie de partager avec vous une autre facette de l’écriture. Cela rejoint bien l’idée du blog qui se veut ouvert à différentes formes d’écriture: « l’envol des mots vers différents horizons ». Je me suis prêté au jeu du théâtre… avec une mise en scène classique. C’est somme toute une récréation pour se dégourdir les neurones…

Allez, je ne vous retiens pas plus longtemps. Je vous laisse goûter à ce court sketch.


 

Jean marche tranquillement à travers les rues de Brest. Quand soudain, il aperçoit, au dernier moment, Marcel qui est sur le même trottoir. Ce dernier lui fait face. Jean fait mine de l’ignorer en plongeant son regard ailleurs. Puis, Marcel le reconnaît…

Marcel (Lui serrant la main): Jean ! C’est bien toi… ! Ça fait si longtemps…

Jean  : Ouais, je sais (répond t-il, pas très réjoui à l’idée de parler avec Marcel)

Marcel : Tu ne devineras jamais… (il regarde son ami droit dans les yeux comme un zombi)

Jean : Non ! Mais là, je n’ai pas vraiment le temps… ! Tu comprends, je dois… (Marcel lui coupe la parole illico…)

Marcel : On m’a encore trouvé quelque chose au cœur… (les larmes lui montent aux yeux… accrochant le regard de Jean)

Jean : Ah bien…! (Il se rend compte de son lapsus) Euh, non… ! C’est…

Marcel : …En plus de ma tumeur au cerveau depuis trois ans déjà (dit-il en aparté, ignorant le lapsus de son ami…)

Jean (Avec désinvolture…): Ah bon ! Et bien, que veux-tu que je te dises… ?

Marcel : Ne parle pas trop fort ! Je sens que mon cerveau va éclater (il fait mine d’avoir une sale migraine…) et du coup mon cœur va lâcher ! Je souffre tellement (il se lamente sur son sort…)

Jean (sur un ton ironique): Je vois… !

Marcel (vexé) : Ah, tu te fous de moi…

Jean : Non ! Pas du tout… (Il n’a qu’une seule envie, c’est de déguerpir. Il en a déjà assez de ce malade imaginaire). Mais là, il faut vraiment que j’y aille…

Marcel (choqué par tant de mépris…): Tu t’en fous de l’état de santé de ton meilleur pote

Jean : Mais non ! Voyons ! C’est juste que… (Il hésite puis dans un murmure léger et empreint d’un ras-le-bol 🙂 Non, oubli !

Marcel : Non… ! Mais dis ce que tu penses. Je te vois venir avec tes grands airs… !

Jean : Voilà ! Je ne veux surtout pas te vexer… ! (Tant pis il se lance, quitte à être franc : ) Mais, pendant que tu t’apitoies sur ton sort, des millions de gens crèvent de faim dans le monde… ! Ils ne vont pas se plaindre d’une quelconque maladie imaginaire… ! Et, puis (pris au vif), le monde ne tourne pas autour de ton nombril !

Marcel (choqué) : Je risque de crever demain ! Et toi, tu ne trouves rien d’autre de mieux que de me saper le moral (Il fait mine de pleurer)

Jean (impatient) : Bon écoute. Pense ce que tu veux ! Mais là, il faut vraiment que j’y aille…

Marcel (révolté): C’est ça ! Ton meilleur pote souffre. Et toi, tu me fuis comme de la peste. Voilà, mon asthme me reprend. Ça, c’est encore le stress occasionné par des gens comme toi qui…

Jean : Bon écoute moi bien ! J’en ai marre de tes balivernes ! Moi, je me casse (énervé par tant d’égocentrisme et d’hypocondrie…)

Marcel reste planté là ! Tandis que son soi-disant ami cavale…

Emorizo, alias F. Ménez

Copyright© Tous Droits Réservés, F. Ménez-2016

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s