Un petit exemple de consumérisme

Je vais vous faire part d’une expérience de tous les jours. Enfin presque!

Je veux cet exemple de consumérisme aveuglant qui m’a léché les bottes…

Récemment, j’ai eu la bonne grâce d’être tiré au sort par mon fournisseur d’accès à internet via mon adresse IP. Je suis devenu l’heureux Elu: celui à qui la chance sourit. Une chance de gagner un prix parmi tant d’autres.

Jusque là, j’étais flatté par cette soudaine bénédiction. Mon ange gardien a eu un geste de générosité…

Je n’avais plus qu’à valider ma candidature presque officielle en répondant à un petit questionnaire de satisfaction assez basique. Sur le coup, j’ai fait mon curieux en me disant: « chouette un cadeau , je suis bien chanceux aujourd’hui !». J’ai donc répondu au fameux questionnaire. Et en deux trois clic, je me suis retrouvé sur la page cadeau.

Et là, le compte à rebours a commencé.  Je n’avais plus que 3 minutes pour me décider à choisir entre trois couleurs de Iphone dernière génération. Manque de bol, il en restait plus que deux en argent. Ben ma foi, la tentation suscitée par la course effrénée – pour nous éviter de trop penser – m’a conduit à choisir en quelque secondes un des deux Iphone en argent. De toute façon, je n’avais pas le choix.

Pour deux euros au lieu d’un peu plus de 850€, j’allais pouvoir m’offrir un super téléphone aux yeux mon excitation. Attention: pas n’importe lequel! Très alléchant, n’est-ce pas ? Avant de cliquer, je ne voyais pas du tout l’intérêt d’avoir un nouveau téléphone : j’ai déjà le mien et il me suffit allègrement. Pourquoi courir après un cadeau empoisonné ? J’avais conscience de cette recherche de nouvelles technologies dernier cri (toujours plus de paillettes pour épater ou appâter, c’est selon).

J’ai quand même cliqué, absorbé par ce jeu frénétique du toujours plus.Et là, la goutte qui fait déborder le vase : je suis tombé sur une nouvelle page (celle du site partenaire) qui me demandait mes coordonnées (il fallait bien me l’amener quelque part ce cadeau!!).

J’avais un compte à rebours de 45 minutes pour m’inscrire au site partenaire. Le hic : il fallait s’inscrire sous réserve d’accepter les conditions générales.

Le cadeau allait m’échapper si je ne me dépêchais pas. Le temps jouait contre moi ! A peine le temps de lire ces soi-disant conditions générales… Mais le peu que j’ai lues m’a refroidi et m’a réveillé face à cette course folle.

Parce que mes données sont après traitées, collectées et divulguées moyennant une certaine somme à d’autres sites partenaires et la boucle va à l’infini… Rien n’est gratuit et on est vite perdant… et fichés sur une liste de consommateur potentiel, par la même occasion…

J’ai bien sûr refusé après avoir été jusqu’au bout de la logique. J’avoue toutefois que j’étais tenté mais j’ai été freiné par l’inscription sous conditions et les deux euros… En plus, je n’avais rien demandé…

Un piège à « cons » qui joue sur l’excitation du moment sans avoir le temps de bien réfléchir à ce que nous faisons… Car derrière ce consumérisme déguisé par un tirage au sort, c’est la perte de liberté. Et bien sûr la fabrication polluante d’objets sans intérêt vite remplacés par des nouveaux soi-disant plus performants. On n’a pas besoin de tous ces gadgets à outrance pour se construire.

On peut vite être tenté par les nouvelles technologies et tout ce que cela implique : l’apport de nouveautés et de pouvoir sur les autres… J’ai ce que toi tu ne fais que rêver d’avoir! Il s’agit ni plus ni moins que d’un gaspillage programmé. Le consumérisme est l’invention du capitalisme-ogre pour faire des bénéfices sous notre nez ou derrière notre dos (c’est selon).

Emorizo,  alias F. Ménez

Copyright© Tous Droits Réservés, F. Ménez-2016

3 réflexions sur “Un petit exemple de consumérisme

  1. Pingback: Le gaspillage capitaliste – Mot D'Aile

  2. Bien sûr, il s’agit de la définition de la société de consommation d’un point de vue sociologique. Il est vrai que le premier sens qu’on donne au consumérisme est la défense des intérêts des consommateurs par le biais d’associations par exemple. Comme quoi, un seul mot peut induire en erreur…

    J'aime

  3. Souvent dans notre course folle à la consommation, dès lors qu’on nous propose un « gadget » pour juste un euro ou deux, cela suffit pour susciter chez nous le besoin de posséder tout de suite. C’est un piège car derrière cela se cache sûrement une belle arnaque. Dans ce cas vous perdez un ou deux euros car il y a forte chance que vous ne recevrez pas réellement votre « gadget ». Après, les pièges à « cons », il en existe beaucoup et sont souvent très ingénieux…

    J'aime

Répondre à Emorizo Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s