Pensée éphémère#1

J’installe mes pensées sur cette feuille blanche, blanche comme le lin qui habille le monde. Le monde sourit aux couleurs de la vie qui s’échappe à petits pas, un pas dans le cimetière, un pied dans le cercueil. Nous vivons pour mourir. Mourir avec des regrets, des reproches à cette Société qui n’a pas su nous écouter. Le monde tourne au ralenti.

Il faut éviter de fantasmer le futur, ce qu’on veut que notre devenir soit. Il faut juste mettre des drapeaux sur la ligne de conduite de notre vie : un agenda non pensé en permanence mais comme un refrain qu’on entend de temps en temps pour nous rappeler notre direction. Imaginer son devenir autour d’un événement ne nous aide pas. Au contraire, il est synonyme de mal être, de déception à venir. Il faut faire confiance à la vie qui s’offre à nous. On ne peut pas tout contrôler. Les surprises de la vie sont parfois éphémères mais bien implantées dans nos souvenirs. On vit mieux en ne cherchant pas à tout prix à créer des scénarii embellis par notre imagination. L’imagination doit rester un univers à part pour ne pas tromper avec la réalité.

Emorizo, alias F. Ménez

Copyright© Tous Droits Réservés, F. Ménez-2017

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s