Penche toi sous le toit

Penche toi sous le toit

Des ombrelles,

Je n’ai que faire

De ce fer à repasser

Ce passé si vite passé.

Que de cœur, que de vers,

Un verre de trop peu,

En allégresse mon allumette.

Je te cherche un Dieu

Pour écouter ta misère.

A deux, c’est mieux

Qu’une simple amulette.

 

 

Penche toi sur le toit

Des hirondelles,

Je n’ai que faire

De ce chemin de fer,

Ce cher si vite effacé.

Que de pleurs, que de chair,

Une émotion de trop peu,

En presse mon alouette.

Je te cherche un peu

Pour goûter ta guerre.

Adieu, c’est mieux

Qu’une simple quête.

 

 

Penche toi sur le toit

Des querelles,

Je n’ai que faire

De ce bras de fer,

Cette tempête si vite passée.

Que de rumeurs, que de serres,

Une saisie de trop peu.

En ivresse ma défaite.

Je te cherche un pieux

Pour crever tes prières.

Au cieux, c’est mieux

Qu’une simple requête.

 

 

Penche toi sous le toit

Des chandelles,

Je n’ai que faire

De ce courant d’air

Cet air si vite respiré.

Que de chaleur, que de terres

Une fleur de trop peu

En tigresse ma reconquête.

Je te cherche un peu

Pour lever tes barrières

En ce lieu, c’est mieux

Qu’une simple baguette…

 

Magique…

 

 

Emorizo,  alias F. Ménez

 

 

Copyright© Tous Droits Réservés, F. Ménez-2017

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s