Le Doute

Étoiles contre étoiles

Un nouvel élan ou une pénitence

De ne plus savoir lire la toile

Avec bon sens

 

C’est si élégant ce talent si soudain

Qui me prend la main

Pour écrire des vers de sévérité

Ses vérités avec sonorités

 

Des vers du nez qui galopent jusqu’au sommet

De mon réseau neuronal ou anormal

Avec le doute exquis de mon mental

 

J’ai tant de pot, la peau des os

Comme muraille, ô mon samouraï

 

Je ne suis plus un galet, ni moins un valet

Mais pour autant je suis; je suis la route sans suite

  

Étoiles contre étoiles

Récompenses illusoires

Tant les mots sont avalés

Sans réservoir

D’honnêteté

Déguisée sous un capot en voile

 

Un mensonge?

J’ y songe

Un doute?

Je redoute

 

Lire en cascade sur la course folle des étoiles

Sans escale pour prendre un vers avec soi

 

Lire sans lire, s’enliser dans l’ennui

D’un valet ivre qui essuie les délires

 

Le doute en délire

 

Dans ma réserve, je creuse mon puits d’inspiration

Dans ma réserve, je compte les gens de bon ton

Dans ma réserve, je sculpte les mots avec émotion

Dans ma réserve, je remercie le talent des gens de tous horizons

 

Et un jour, je redoute qu’on démaquille le faussaire aux faux airs

D’un poète qui n’en est rien

 

Le doute en cire

Une flamme qui s’épuise

Une flamme qui s’étire

 

Emorizo

 

Copyright © Tous Droits Réservés, F. Ménez – 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s